Bienvenue sur le site internet du Lycée Les Haberges

Octobre Rose au lycée des Haberges

Clara Goux remue ciel et terre pour qu'Octobre Rose arrive jusque sur les bancs du lycée. S’il est vrai que quand on est adolescent, on pense peu au cancer du sein, la jeune Clara Goux, marquée par un cas de cancer dans son entourage, a fait sien le combat pour sensibiliser ses camarades aux risques. Car il ne faut pas oublier que les chiffres parlent d’eux-mêmes : le cancer du sein reste le plus fréquent chez les femmes, et près d’une femme sur huit en développera un au cours de sa vie. Acquérir les bons réflexes dès le plus jeune âge est donc primordial.

 Le mois d’octobre a été rythmé par des animations au lycée. Clara a installé dans le hall un stand d’information bien visible, où elle a pu échanger avec les élèves, parler santé, intimité et prévention. Elle a fait le tour des différents acteurs de la santé (Assurance Maladie, MGEN…) pour récupérer des prospectus qu’elle a mis à disposition de ses camarades. Elle a lié des partenariats avec l’association la Rose Saônoise, qui a fait venir des intervenants pour des séances d’échanges avec les lycéens. Elle a contacté la Ligue contre le Cancer qui a également fait venir des spécialistes pour rencontrer les élèves. Elle a organisé et animé un grand débat thématique, avec une soixantaine de lycéens inscrits.

 Son objectif ? Que ses camarades soient acteurs de leur santé, pour en finir avec le cancer.

 Accent sur la sensibilisation à l’autopalpation :

 Plusieurs ateliers ont permis aux jeunes filles (et même quelques garçons) d’apprendre les bons gestes à effectuer pour détecter une anomalie pouvant annoncer le début d’une tumeur maligne du sein. Car plus un cancer est détecté tôt, plus il a de chance de guérir. Là aussi les chiffres sont sans équivoque : pour un cancer soigné en stade précoce, les chances de survie sont de 99 %, mais avec des soins en stade tardif elles tombent à 26 %. Si le dépistage est automatiquement proposé à toutes les femmes, par mammographie, tous les deux ans dès l’âge de 50 ans et jusqu’à 74 ans, l’autopalpation est, elle, un rituel simple qui peut être réalisé quel que soit l’âge, de façon régulière (une fois par mois), et qui permet de découvrir rapidement une anomalie, amenant à consulter un médecin pour lever le doute.